fbpx

Changer de pays, d’école, d’amis, d’activités, d’entourage…En voilà des épreuves pour nos enfants et nous-même. Ce sont des défis à relever à chaque changement et de nouvelles habitudes à prendre pour asseoir cette nouvelle vie. En fonction de l’âge et de la personnalité de nos enfants, ces changements sont vécus très différemment. Pourtant, il y a bien une chose qui sera commune à nous tous, que ce soit petits et grands, c’est de bien veiller au remplissage de notre réservoir d’adaptation.

Le réservoir d’adaptation, qu’est-ce que c’est ? Appelé aussi le réservoir d’amour ou réservoir d’affection, il est celui dont on doit prendre grand soin avant et après chaque séparation avant nos enfants, surtout à l’étranger, ou encore dans les phases inhabituelles, faites de nouveautés.

Ce sont les figures d’attachement (ou encore les « caregiver » en anglais) –  c’est-à-dire le ou les adultes qui se sont occupés continuellement de l’enfant depuis sa naissance –  qui sont les garants du réservoir d’adaptation de l’enfant. Tout comme la voiture qui voit son réservoir se vider plus vite si nous sollicitons davantage le moteur, le réservoir de l’enfant a besoin d’être rempli régulièrement à l’aube de toutes séparations. C’est sur ce réservoir qu’il peut compter pour affronter les disputes, les blessures, les échecs et tous les évènements difficiles en notre absence. «  La figure d’attachement est comme un porte-avion », dixit très justement Nicole Guedeney.

Peut-être vous êtes-vous déjà demandé pourquoi votre enfant était si difficile, seulement quelques minutes après des retrouvailles ? Pleurs, cris, irritabilité, absence de coopération…sont les manifestations (pas toujours claires pour nous parents) de besoins insatisfaits chez l’enfant. Il les manifestera à ses figures d’attachement en priorité. C’est pourquoi l’enfant agira plus difficilement avec eux, il est en totale confiance et peut « se lâcher ». Il a besoin d’eux, d’amour, de connexion, d’attention, de réciprocité, bref…que le réservoir d’amour soit de nouveau rempli pour continuer et terminer cette journée.

Prenons l’exemple d’une plante. Cette si jolie plante que j’aime tant. Mais voilà qu’un jour je vois apparaitre des feuilles jaunes. Mais qu’est-ce que c’est donc que cela ? Comment peut-elle faire cela !? Mais dis-moi, tu fais bien ta difficile, moi qui m’occupe chaque jour de toi. Si c’est ainsi, j’arrête. Je ne te regarde plus.

 Mais voilà que ses feuilles vont de plus en plus mal… elle semble dépérir. Comment ça ? Et bien si c’est ainsi, je ne t’arrose plus !

 Et bien sûr, la plante commence franchement à faner. Bon ! Et bien si c’est ainsi, je te laisse dans le noir. Ça te fera les pieds et tu finiras par te comporter à nouveau comme la si belle plante que j’ai connue…

Vous saisissez bien toute l’absurdité de cette situation n’est-ce pas ? Et bien il en est de même pour l’enfant et son comportement inadapté. Bien souvent, ils sont la manifestation de besoins insatisfaits. Les besoins peuvent être ceux de manger, boire ou dormir, mais aussi et surtout en fin de journée, très souvent, ceux de sécurité, protection, tendresse, écoute, soutien, empathie…et bien d’autres encore.

Alors comment pouvons-nous faire pour remplir ce réservoir d’adaptation efficacement ? N’oublions pas que celui-ci a besoin d’être largement rempli AVANT et APRES toute séparation !

En tout premier lieu, il est indispensable de prendre soin de nous, parents. Car notre propre réservoir d’adaptation doit être bien rempli si nous voulons être complètement disponibles auprès de nos enfants. Réfléchissez aux moyens de recharger vos batteries positivement avant de les quitter ou les retrouver, afin de partager votre énergie et votre affection. Puis, à sa rencontre, vous pourrez user d’un ou plusieurs langages de l’amour.

Tout d’abord, le toucher, primordiale pour une décharge d’ocytocine rapide. L’écoute active sera elle aussi une grande alliée. En reformulant simplement les dires de votre enfant sans le juger ou vous opposer, juste accueillir ce qu’il a à vous dire. Ces moments de qualité vous permettront de vous reconnecter à votre enfant – jeux, lectures, repas sont tous aussi bons les uns que les autres.

Certains enfants apprécieront d’autant plus les petits cadeaux (matériels ou non) : il n’est absolument pas nécessaire de faire un achat dans un magasin : offrir un petit mot, faire une nouvelle activité ensemble seront largement appréciés à leur juste valeur.

Il existe bien sur d’autres moyens qui vous permettront de garantir à courts, moyens et longs termes de remplir le plus sereinement possible le réservoir d’adaptation de votre enfant, car soyons sincère, cela reste très souvent éprouvant, pour nous parents. Lorsque nous développons des connaissances et des  compétences en la matière, nous vivons cela de manière beaucoup plus calme et sommes plus efficaces.

Connaitre les étapes clés du développement des enfants, prendre conscience de nos priorités, accompagner son enfant lors de ses décharges émotionnelles, penser à notre rôle en terme d’exemplarité, apprendre à accompagner nos propres émotions, relativiser… Il existe de nombreuses voies pour accéder à des retrouvailles plus douces et des rapports plus harmonieux avec nos enfants, d’autant plus lorsqu’ils vivent régulièrement des changements importants et cruciaux.

Cela peut parfois s’apparentait à une montagne insurmontable. Le plus important reste d’y aller progressivement, sans pression, sans culpabilité. Et si cela vous semble difficile seul, il ne faut pas hésiter à se tourner vers un professionnel de l’accompagnement en parentalité respectueuse.

Belles connexions !

Claire de Famille éclairée, pour oeuvrer vers une parentalité respectueuse.

Comments are closed.

Bienvenue sur le site de famille Eclairée!

Recevez dès à présent 3 cadeaux = 3 activités pour vous et vos enfants nomades :

- une carte du monde à personnaliser
- une trame BD pour que garder le lien avec ses proches soit synonyme de plaisir
- un livret de mes recettes du monde: pour un magnifique souvenir d’une enfance nomade.

Accès Goodies popup